D\\\\\\\'une île à l\\\\\\\'autre

l
05/03/2015 - Pays : Espagne - Imprimer ce message Syndication :

 

 

 

4-5 mars 2015

D’une grande île à une petite île : l’île de Graciosa

Camino de las claras, Tias
île de Lanzarote, Canaries
N 28o 57.858’; W 013 o 39.220’
Température : 20-27 o C, soleil/nuage

 

L’île de Graciosa est située a 25 minutes de bateau de l’île de Lanzarote. On se rend d’abord à Orzola qui est situé au bout de Lanzarote. Puis on prend ce petit bateau qui tangue joyeusement en mer. On arrive au port de la Caleta de Sebo. On est vite accueilli par des démarcheurs en mal de louer des vélos. On opte d’abord pour un petit café sur la terrasse d’un des cafés au port. On finit par louer les vélos de montagnes et on part sur la route de sable et gravier. L’île de Graciosa ne fait pas exception on y trouve des volcans mais aussi des plages. On n’est pas nombreux à pédaler et les plages sont quasi désertes. On s’arrête pour dîner à la plage de Concha qui est magnifique. Les vagues y sont violentes et le sable est doux. On en profite un peu. On s’est arrêté à la majorité des plages sur notre parcours. Y a pas foule. Finalement on fait le tour de l’île et on est de retour à 15h. On en profite pour visiter le village. Les rues sont en sable mais les maisons sont très typiques. Il n’y a pas d’eau potable sur l’île. Tout est importé. C’est sans doute pour ça qu’on a pris bières et eau embouteillée pour se désaltérer sur une autre terrasse du port... Le retour en bateau est assez spectaculaire. On revient en longeant la paroi d’un volcan dont le sommet est dans les nuages.

Un voyage qui en valait la peine.

Jeudi on a eu une petite peur parce qu’on voulait réserver la traversée vers Fuerteventura par le traversier de samedi. Mais sur internet ça indiquait : complet. On a dû se rendre à Playa Blanca pour se faire dire par le représentant de la compagnie Fed Olsen qu’il n’y avait pas de problème si on arrivait 30 minutes à l’avance. Ça nous donné l’occasion de dîner dans cette ville balnéaire. Du poisson pour nous trois. Faut bien, on est au bord de la mer après tout.

En prend ensuite la route vers la ville de Famara qui est réputée pour ses surfeurs. Avec raison. Toute la ville ne vit que pour le surf. Les vagues sont fortes mais cassantes. Si bien qu’on n’a  vu peu de surfeur debout. Ici, à Lanzarote il y a très peu de planches à voile ou de Kite. Les roches volcaniques sont peu accueillantes pour eux et il n’y pas de lagunes protégées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message

Syndication :
Par Jean-Pierre T.
le 09/03/2015 à 16:06:30
Juste à voir les photos des vagues, on les entend gronder dans notre tête.

Laisser un commentaire

claude tessier

Note: 3,7/5 - 58 vote(s).

Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)